top of page
  • Anonyme

Le Water Grabbing et les possibles solutions

L'eau a toujours été un élément indispensable à la vie sur Terre. Cependant, elle connaît une contradiction qui s'avère aujourd'hui véritablement problématique : puisqu'elle est nécessaire à la vie, elle devrait être un droit garanti à tous. Elle s'agit en même temps d'une ressource qui, bien que renouvelable, est rare tant en quantité qu'en qualité : seulement 2,5% de l'eau de notre planète est de l'eau douce, et nous n'avons accès qu'à 1% de ce percentage.

La disponibilité limitée d'eau, combinée au dérèglement climatique, à l'augmentation de la consommation au niveau mondial et aux nouvelles habitudes alimentaires qui favorisent des formes d'agriculture et de culture nécessitant une plus grande utilisation de l'eau, a augmenté le stress hydrique dans de nombreuses régions du monde, et une véritable course à l'accaparement des sources d'eau, définies non par hasard comme "l'or bleu".

L'importance de cette source et les questions qui y sont liées sont nombreuses et d'une grande actualité et importance. Cependant, cet article se concentrera principalement sur l'analyse de deux aspects : celui de l'accaparement de l'eau et l'imbrication qui a souvent lieu entre les conflits d'une part, et la gestion et l'accaparement des ressources en eau d'autre part.


Le Water Grabbing

Le terme water grabbing désigne l'accaparement par des multinationales, des États et des fonds souverains de sources d'eau à des fins principalement industrielles, agricoles ou énergétiques, et au détriment des populations et des économies locales. Ce phénomène peut se produire aussi bien à l'intérieur d'un même État qu'au niveau international, avec des acteurs étrangers intervenant dans d'autres pays, prenant le contrôle des ressources, qui sont dans la plupart des cas des pays en développement ou très pauvres. Quoi qu'il en soit, il convient de souligner immédiatement que, bien que l'utilisation même du terme grabbing donne à ce phénomène une connotation négative, et certainement valable d'un point de vue éthique, d'un point de vue juridique il peut néanmoins arriver que l'accaparement de l'eau ait lieu en toute légitimité puisque, comme nous le mentionnerons plus loin, ce sont souvent les gouvernements locaux eux-mêmes qui accordent aux acteurs de l'accaparement le contrôle de ces ressources, à travers la vente des terrains où ils sont situés, ou la stipulation de partenariats qui leur cèdent les droits d'utilisation de l'eau.

Un exemple frappant d'accaparement de l'eau, avec des impacts environnementaux et sociaux très élevés, est la construction du barrage des Trois Gorges, situé sur le fleuve Yangtze dans la province de Hubei, en Chine. Achevé en 2006, ce barrage a des effets désastreux en termes d'intégrité de l'écosystème et de l'environnement, de pollution de l'eau et de risques géologiques tels que les glissements de terrain et les inondations. La population vivant le long du cours supérieur du fleuve Bleu n'a pas du tout bénéficié de sa construction : ici, 75 villes et 1 500 villages ont été submergés par les eaux, et environ un million et demi de personnes se sont retrouvées sans leurs terres et ont été contraintes d'évacuer. De plus, la pêche et l'agriculture dans la vallée du fleuve Bleu ont également été endommagées par ce barrage en raison de l'altération des cycles normaux de l'écosystème, de la diminution de la biodiversité aquatique et des problèmes de sécheresse en aval causés par le barrage.

Si le cas du barrage des Trois Gorges est un exemple d'accaparement de l'eau à l'intérieur d'un État, de nombreux autres cas découlent, comme mentionné précédemment, de processus de privatisation de l'eau rendus possibles en vertu d'accords établis entre les gouvernements locaux et de grandes multinationales ou d'autres acteurs étrangers, qui deviennent alors les "maîtres" de l'eau.

Dans les pays les plus pauvres, cela se produit souvent à la suite d'opérations d'accaparement de terres : l'accapareur acquiert des terres auprès des gouvernements locaux à des fins agricoles ou industrielles et a donc automatiquement accès aux sources d'eau qui s'y trouvent. Il peut aussi investir dans l'achat de droits d'utilisation de l'eau. Par exemple, au Swaziland, un petit État d'Afrique australe, Coca Cola a acheté les droits d'utilisation des principales sources d'eau de ce pays, car elles étaient nécessaires à la culture de la canne à sucre et donc à la production de la célèbre boisson. Ce faisant, elle a toutefois créé une pénurie d'eau à usage domestique pour la population civile. Mais paradoxalement, tout cela se fait légalement par le biais de contrats et d'accords internationaux.


Conflits autour de l'eau

Comme nous l'avons déjà expliqué, les phénomènes d'accaparement de l'eau diffèrent en fonction de divers facteurs, tels que l'implication d'acteurs intra- ou internationaux. Il existe également des cas où le water grabbing constitue l'un des nombreux nœuds critiques de conflits beaucoup plus vastes. L'un d'entre eux est le conflit israélo-palestinien.

La longue histoire de la question israélo-palestinienne a été exacerbée dans plusieurs situations en raison de la pénurie d'eau. Au cours de l'été 2016, une crise a été atteinte qui a laissé des villages et des camps de réfugiés palestiniens entiers sans eau pendant des jours. Comme le rapporte Emanuele Bompan (2017), les Palestiniens sont principalement dépendants des Israéliens pour l'eau, malgré le fait que les captages de pluie sont principalement situés dans le centre-nord des territoires palestiniens. Cette contradiction est due au fait que pour l'utilisation de tout nouveau puits, bien qu'il appartienne au contrôle palestinien, l'autorisation de l'autorité civile régionale israélienne (ICA) est nécessaire. En outre, dans les zones militaires contrôlées par Israël, les infrastructures palestiniennes sont endommagées, voire inutilisables.

Le conflit de l'eau a été réglé en 1995 par les accords d'Oslo, qui stipulaient que la répartition de l'eau devait être de 80% pour les Israéliens et de 20% pour les Palestiniens. Cependant, les Palestiniens n'ont actuellement accès qu'à 14% des ressources des réservoirs. En outre, la gestion coordonnée entre les deux entités politiques est aggravée par d'autres obstacles tels que la suspension des activités de la Commission mixte israélo-palestinienne sur l'eau ou le blocage à la douane israélienne des composants destinés aux usines.

Les zones les plus touchées par la pénurie d'eau sont les zones rurales et les camps de réfugiés, administrés par l'Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA). Meg Audette, directrice adjointe des opérations de l'UNRWA, explique que "l'infrastructure des camps est ancienne et l'UNRWA n'a pas pour mandat de créer de nouvelles infrastructures. Il peut seulement surveiller la qualité de l'eau et faire des interventions minimales " (2017). Quant à la zone C, c'est-à-dire les territoires palestiniens avec des colonies israéliennes et contrôlés par l'autorité civile et militaire israélienne, seuls 16 villages sur 180 sont connectés au réseau d'eau israélien. Qui plus est, la priorité ayant été donnée aux colonies israéliennes par rapport aux Palestiniens, il en résulte qu'en période de stress hydrique, les Palestiniens doivent attendre des semaines pour avoir de l'eau. De plus, dans des villes comme Hébron ou Bethléem, les mètres cubes d'eau qui arrivent sont respectivement de 5 500 et 8 000, alors qu'il en faudrait environ 20.000 pour répondre aux besoins de la population.

Cependant, les Israéliens ne sont pas les seuls à limiter l'approvisionnement en eau, la négligence de l'Autorité palestinienne contribue également à aggraver la situation. En effet, l'Autorité palestinienne n'a pas participé à la Commission conjointe sur l'eau, qui a été créée dans le but de négocier des stratégies entre les deux nations. Selon Uri Schor (2017), porte-parole de l'Autorité israélienne de l'eau, la motivation serait que l'Autorité palestinienne a utilisé la question de l'eau comme levier politique contre l'expansion des colonies et pour maintenir un consensus sur la population.

Pour conclure, certaines avancées pour la coopération entre les deux États sont notables, comme l'inauguration de la première station d'épuration à grande échelle à Naplouse et l'accord signé en 2017 pour relancer la Commission conjointe sur l'eau afin de discuter de nouvelles installations d'eau potable et d'assainissement. En outre, plusieurs groupes pacifistes ont montré leur soutien à la communauté palestinienne en lui faisant don d'eau en temps de crise. Enfin, l'eau n'est qu'une petite partie du conflit historique entre les deux pays, et de nombreux pacifistes des deux côtés soulignent l'urgence de la volonté politique actuellement absente pour parvenir à un accord de paix durable qui règle le problème de l'eau une fois pour toutes.


Solutions possibles

Ce qui a été dit jusqu'à présent illustre la complexité et l'importance de l'accaparement de l'eau, à la fois parce qu'il implique différents acteurs et différentes échelles, et parce qu'il compromet la qualité de vie, voire la survie même, des communautés touchées. La résolution de ce problème prendra beaucoup de temps et nécessitera une coordination mondiale. Quelles sont donc les solutions possibles ?

L'élément fondamental est une meilleure réglementation au niveau mondial, c'est-à-dire la formulation d'un cadre réglementaire qui régit l'utilisation des ressources en eau, favorise leur gestion durable sur le plan social et environnemental et protège les droits des communautés locales. Cela peut se faire, par exemple, par le biais de réglementations qui favorisent un accès juste et équitable à l'eau, l'utilisation efficace de cette ressource et la participation des communautés locales à sa gestion de manière à garantir les besoins de la population et la biodiversité. L'importance du niveau international comme solution à ce problème se traduit par l'émergence de partenariats et d'initiatives d'organisations internationales. Par exemple, en ce qui concerne les liens entre les conflits et l'accaparement de l'eau, il est important de mentionner la création en 2018 du Partenariat pour l'eau, la paix et la sécurité (WPS), qui a été créé afin de développer des outils et des moyens innovants pour aider les acteurs locaux à identifier, comprendre et traiter les risques de sécurité liés à l'eau. Grâce à la technologie, le WPS parvient à une meilleure connaissance et compréhension de ces risques et a développé une carte interactive appelée l'outil mondial d'alerte précoce qui utilise l'intelligence artificielle pour prédire les conflits dans les 12 prochains mois. L'objectif de cet outil mondial est d'aider les parties prenantes à identifier les points chauds et à comprendre les conditions locales avant que la violence n'éclate.

Dès 2010, l'Assemblée Générale des Nations Unies a reconnu explicitement le droit humain à l'eau et à l'assainissement avec une résolution qui prévoit des financements, un renforcement des capacités et un transfert de technologie pour permettre aux pays, en particulier aux pays en développement, de fournir de l'eau potable et des installations sanitaires sûres, propres, accessibles et abordables pour tous. Et encore, l'Agenda 2030 pour le développement durable signé en 2015 par les pays membres de l'ONU voit, parmi ses nombreux objectifs, celui de garantir l'accès à une eau propre et saine pour tous.

L'échelle internationale est certes valable, mais elle n'est pas suffisante. Pour une solution réellement efficace au problème, il est également crucial de travailler au niveau local, car c'est le seul endroit où des actions concrètes peuvent être menées. D'où l'importance d'éduquer et de sensibiliser les citoyens, les communautés, les entreprises et les gouvernements à l'importance de l'eau et de sa gestion durable, aux droits des communautés locales et à la nécessité de préserver les écosystèmes aquatiques, dans un cadre où le local et l'international agissent ensemble pour coopérer à de multiples niveaux afin de résoudre ce problème aussi complexe qu'important.



Sources:


Post recenti

Mostra tutti

Comments


bottom of page