top of page

Venise et les grands navires : la solution définitive reste à trouver


Le 16 septembre 2021, le Parlement italien a officiellement converti en loi le décret-loi n.103 du 20 juillet 2021 pour la protection de Venise et de ses voies navigables, d’intérêt culturel reconnu. L’interdiction de navigation dans le canal de la Giudecca et dans le bassin de San Marco a commencé le 1er août, concernant les navires présentant au moins l’une des caractéristiques suivantes : jauge brute supérieure à 25 000 tonnes, longueur supérieure à 180 mètres, hauteur supérieure à 35 mètres ou émissions polluantes avec une teneur en soufre égale ou supérieure à 0,1%. Cependant, la loi prévoyait des indemnisations avec des fonds publics aux travailleurs du secteur, qui traversaient clairement une période particulièrement complexe un peu plus d’un an après le déclenchement de la pandémie de coronavirus, mais aussi aux compagnies de croisières multinationales, dont Costa Croisières et MSC Croisières.


Néanmoins, le processus qui a conduit à la loi du 16 septembre 2021 n’a pas été sans heurts et sans obstacles. Il y avait déjà un décret (2012) qui limitait le passage de grands navires à passagers de plus de 40 000 tonnes dans le canal de la Giudecca, qui est pourtant resté inachevé car aucune alternative valable pour l’amarrage n’a jamais été identifiée. Alors qu’en 2014, c’est le tribunal administratif régional qui a annulé la mesure qui bloquait à nouveau l’accès aux navires plus lourds. Jusqu’en 2020, les navires de croisière avaient donc continué à traverser le canal de la Giudecca, non sans incidents. Le mouvement populaire a également joué un rôle de première importance. Le comité « No Grandi Navi » que l’on peut littéralement traduire par « No Grands Navires » a gagné en importance et en popularité au fil du temps. Depuis des années, il organise des événements et des initiatives pour émouvoir l’opinion publique et faire entendre la voix des personnes qui vivent au quotidien Venise et sa lagune.


La solution développée en 2021, bien que temporaire, consiste à amarrer les navires à Marghera, en les cachant aux yeux de San Marco tout en restant dans la lagune, en attendant une décision finale et la construction de points d’amarrage en dehors des eaux de la lagune, pour laquelle un concours international a également été établi. Cependant, le calendrier de ces points d’amarrage et l’élaboration d’une solution finale peuvent prendre beaucoup de temps.


Ce qui inquiète les habitants de la lagune, c’est avant tout le fait que l’itinéraire alternatif conçu pour le passage des grands navires peut être encore pire que le précédent. Les navires de croisière voyagent le long du soi-disant « Canale dei petroli », littéralement « canal des pétroles », ainsi renommé pour le passage de grands pétroliers qui se dirigent directement vers Marghera pour le raffinage de la cargaison. Comme l’explique Andrea Marzollo, ancien fonctionnaire de l’UNESCO, le passage de grands navires de croisière dans le « Canale dei petroli » aiderait à déplacer d’énormes quantités de boue qui seraient périodiquement retirées du canal et de la lagune, pour assurer sa navigabilité. Déjà à l’origine, l’excavation du « Canale dei petroli », selon certains, a eu des répercussions sur les fonds marins de la lagune et sur le phénomène de « acqua alta ». L’intensification du trafic des grands navires pourrait en quelque sorte compromettre l’équilibre instable entre les eaux fluviales et les marées, équilibre dont Venise a absolument besoin pour sa survie.


La ville construite sur l'eau est déjà bombardée de scénarios catastrophiques pour ses perspectives et risque de sombrer complètement sous l'eau d’ici 2100. Novembre 2019 a vu le deuxième plus haut niveau de marée haute qui n'a jamais été enregistrée dans l’histoire de la ville. Une menace majeure vis-à-vis de ce scénario est le sillage que ces grands navires laissent derrière eux lorsqu'ils passent, c'est-à-dire les immenses fentes ondulantes des vagues qui suivent les navires. Les sillages ou houles, appelés « moto ondoso » en italien, agissent comme un facteur fondamental d'érosion du littoral, des fonds marins et des fondations en pierre de la ville. On estime déjà qu'environ 60% des bâtiments bordant le Grand Canal sont endommagés par ces sillages. En perturbant les fonds marins, ils suppriment également la vie marine, redistribuent les polluants industriels et les déchets d'épuration présents dans le lagon. Un navire de 100 000 tonnes déplace une eau d'environ la moitié de sa taille, et on estime que le mouvement d'une telle quantité d'eau érode et creuse littéralement des trous dans des milliers d'années de fondation en pierre. Ces processus sont exacerbés par la nécessité de creuser constamment le canal sans sédiments pour le passage des gros navires, ce qui permet également à de plus grands volumes d'eau d'entrer et de sortir du lagon pendant les marées. On estime que le lagon a perdu 70% de ses sédiments et augmenté d'environ 1,2 mètre de son fond marin. Non seulement les risques d'inondation sont ainsi augmentés, mais la vie marine est également altérée par la perturbation de leur habitat.


Les mouvements de boue générés par le passage de grands navires endommagent la ville et l’ensemble de l’écosystème, mettant en danger la faune vénitienne. Mais les grands navires, combinés à un trafic naval intense, aggravent aussi considérablement la qualité de l’air à Venise et dans toute la zone de la lagune. En contradiction flagrante avec le fait que la ville est inaccessible aux voitures et que la majorité de la mobilité dans la ville se fait par les transports en commun - une zone que Venise mène en Italie - la qualité de l'air à Venise est bien inférieure à ce qu'elle devrait être. En fait, les bateaux touristiques et les navires de croisière utilisent près de 1 500 fois la teneur en soufre des véhicules terrestres en raison de leur carburant peu coûteux et, pour la plupart, ne sont pas obligés par la loi d'utiliser des filtres pour réduire les émissions. Un rapport du Sénat italien indique qu'un navire moyen pollue l'air dans la même quantité que près de 14 000 voitures, qu'il soit en mouvement ou à quai, car le moteur tourne 24 heures sur 24. Il faut également noter que les mesures de la qualité de l'air à Venise sont effectuées à Sacca Fisola, une île peu peuplée, et non dans le centre historique. Selon les résultats des mesures effectuées par NABU, une organisation environnementale, dans le centre-ville, les niveaux de pollution sont près de 6 fois supérieurs à ceux de Sacca Fisola.


Pour conclure, Venise est une réalité unique en son genre et en même temps l’une des villes au monde les plus exposées aux dangers environnementaux. Aux phénomènes globaux tels que le réchauffement climatique et l’élévation du niveau de la mer, la ville de Venise est également soumise à des phénomènes locaux plus spécifiques, tels que celui des grands navires, mais non moins nocifs, comme nous l’avons vu, pour son écosystème. L’espoir est que les motivations à long terme en matière d’environnement et de qualité de vie pour les citoyens vénitiens puissent prévaloir sur les considérations purement économiques et la pression des grandes compagnies maritimes et qu’on puit enfin parvenir à une solution définitive durable qui permette à la ville lagunaire millénaire de survivre.



Références:

  • Marra, E. « Grandi Navi fuori da Venezia, ma il percorso in Laguna è più dannoso ». TVS tvsvizzera, 17 août 2021. Disponible à l’adresse: Grandi Navi fuori da Venezia, ma il percorso in Laguna è più dannoso - TVS tvsvizzera.it (Consulté le: 24 février 2023);

  • Décret-loi n° 103 du 20 juillet 2021 contenant: « Misure urgenti per la tutela delle vie d'acqua di interesse culturale e per la salvaguardia di Venezia, nonché disposizioni urgenti per la tutela del lavoro »

  • Hughes, R. A. « Climate change and cruise ships: Can Venice survive the rising tides? » euronews travel, 01 aout 2022. Disponiblbe a : Climate change and cruise ships: Can Venice survive the rising tides? | Euronews (Consulte le 25 Fevrier 2023);

  • Phelan, J. « Italy's plan to save Venice from sinking » BBC Future, 28 Septembre 2022. Disponible a : Italy's plan to save Venice from sinking - BBC Future. (Consulte le 25 Fevrier 2023);

  • Venezia Autentica. « GOOD OR BAD? THE TRUTH ABOUT THE CRUISE SHIPS IN VENICE, ITALY » Disponible a : Good Or Bad? The Truth About The Cruise Ships In Venice (veneziaautentica.com) (Consulte le 25 Fevrier 2023).

  • Images: GettyImages

Comments


bottom of page