top of page
  • Anonyme

Pacte bilatéral entre la France et l’Algérie pour les hydrocarbures

L’origine de ce besoin de la France d’acheter le gaz algérien commence avec la rupture des relations commerciales avec la Russie après le déclanchement de la guerre en Ukraine. Pour faire face à cette crise énergétique, le Président français Emmanuel Macron est allé à Alger le 25 août pour une visite officielle de trois jours pour discuter sur la question du gaz avec les représentants de l’État algérien. L’Algérie fournissait déjà du gaz à l’Allemagne et à l’Italie, donc le but du Président était celui d’approvisionner la France aussi de cette ressource. Il est important de souligner aussi que l’Italie et l’Allemagne ne sont pas les seuls pays qui voudraient du gaz algérien, au contraire, c’est toute l’Europe qui « a tourné la tête vers l’Algérie ».

L’Algérie produit environ 1 000 milliards de m3 de gaz par an, et en exporte près de la moitié. Les pays européens qui achètent le gaz algérien en plus grande quantité sont l’Italie et l’Espagne, via des gazoducs construits il y a plusieurs décennies. En plus le pays nordafricain exporte également sous forme de gaz liquide par bateau, surtout vers la Turquie, mais aussi vers la France. En 2019, la France a acheté 3,6 milliards de mètres cubes de gaz algérien qui correspondent environ au 5% de la production algérienne du gaz.


En réalité, ce business du gaz est un renouvellement des anciens accordes qui avaient été déjà fait au vingtième siècle, à partir des années soixante en particulier, donc il s’agit d’une histoire bien plus longue de ce que l’on pense. Le premier accord franco-algérien a été fait le 27 décembre 1968 et il apportait une solution globale et durable aux problèmes relatifs à la circulation, à l’emploi et au séjour des ressortissants algériens sur le territoire français. Également, les autres buts de l’accord étaient de faciliter la promotion professionnelle et sociale des travailleurs algériens, d'améliorer leurs conditions de vie et de travail, de favoriser le plein emploi de ces travailleurs qui résidaient déjà en France ou qui s'y rendaient par le canal de l'Office national de la main d'œuvre, dans le cadre d'un contingent pluriannuel déterminé d'un commun accord.

Cependant, selon des archives du journal français « Le Monde », l’Hexagone a profité des accords pétroliers franco-algériens mais n’a pas gardé ses promesses concernant la recherche d’hydrocarbures. Comme a été reporté sur l’article, " La coopération pétrolière franco-algérienne se solde pour la France, au bout de trois années d'expérience (juillet 1965-juin 1968), par des revenus de l'ordre de 350 milliards d'anciens francs et des économies de devises de 1 250 millions de dollars, soit le quart des réserves actuelles de la Banque de France, alors que l'Algérie attend encore dans de nombreux domaines la contrepartie des avantages considérables accordés ainsi à l'économie française ", écrivait samedi le quotidien " El Moudjahid ", donc la partie qui a profité moins par cet accord est l’Algérie et cette thèse est confirmé dans l’archive du journal français. La raison qu’a été donne pour expliquer ce manque d’accomplissement par la France a été l’hypothèse d’une tentative d’exploitation des ressources algériennes sous des manœuvres néo-colonialistes et, pour démontrer cette hypothèse, le journal algérien El Moudjahid avait reporté les suivantes informations : tout d’abord, la France avait réduit au minimum ses obligations vers l’Algérie dans l’accord d’Alger. En plus, le journal algérien mettait en évidence le fait que les entreprises françaises pétrolières avaient pris une position prédominante. « Les sociétés françaises, précise-t-il, sont intéressées actuellement pour la moitié sur les 190 000 kilomètres carrés de l'Association coopérative franco-algérienne. De ce fait, elles contrôlent 95 000 kilomètres carrés environ, soit 38 % des superficies couvertes par des permis, les autres sociétés étrangères n'en contrôlant que 6 %. À ceci s'ajoutent 15 000 kilomètres carrés de surface d'exploitation, soit 75 % du total des zones couvertes par des concessions ».

Le journal reporte aussi que « les entreprises françaises ont pu disposer en 1968 de 32 millions de tonnes de pétrole, sur une production totale de l'ordre de 43 millions de tonnes. Dans le domaine du transport, les groupes français détiennent 65 % du capital de la Trapsa, 75 % du capital de la Sopeg et 48,75 % de la Sotha, ce qui leur assure le contrôle de près de 44 % des oléoducs aboutissant à la mer, et près de la moitié du transport du gaz ».


La question qui spontanément se pose est : comment ces relations énergétiques ont évolué jusqu'à nos jours ?

L’Algérie est célèbre pour ses ressources naturelles, puisqu' elle se classe deuxième en termes de réserves de gaz naturel et de pétrole en Afrique. Elle est également célèbre pour contenir une grande quantité de charbon, fer, phosphate et uranium. Ces ressources sont la cause pour laquelle la France coloniale a exploité l’Algérie pendant des années. 1830 marque le début de la colonisation de l’Algérie qui restera dans cet état pendant 132 ans. En 1962 l'Algérie a finalement obtenu son indépendance après beaucoup de souffrances.


Avant la guerre en Ukraine

Après une crise des relations entre France et Algérie, et à la lumière des grandes mutations régionales et internationales, nous avons assisté à un rapprochement. Cependant, la route pour y parvenir ne semble pas facile, en raison des problèmes épineux du passé et des dossiers difficiles du présent.

L'Algérie a pris la décision de retirer son ambassadeur pour une période de trois mois en 2021, à la suite des critiques sans précédent du président Macron à l'encontre de la classe dirigeante en Algérie, où il a évoqué le fait que le système politico-militaire algérien a été établi sur une “rente de mémoire” et sur “ une histoire officielle basée sur la haine”, niant ensuite l’existence d'une “nation algérienne ” avant d’entrer dans le colonialisme français. Cette position de la France n 'a pas duré longtemps, à la fin de l'année 2021 le ministre des affaires étrangères Jean Yves Le Drian (l’ancien) s'est rendu en Algérie pour renfermer la crise, le président Tebboune a répondu au téléphone du président Macron. Ces derniers ont eu une discussion très sérieuse et chaude, ils ont mis fin à cette crise avant d’aller en Algérie et en plus le président Macron a fait ses propos conciliantes.


Après la guerre en Ukraine

En 2022, pendant la campagne électorale, la communauté algérienne a présenté un grand soutien au président français, comptant plus de deux millions et demi de personnes (dont 30% sont enregistrés comme immigrés) , et pour cela le président a décidé de placer l'Algérie comme la première destination des capitales maghrébines, bien qu' il aurait dû visiter le Maroc (Rabat) en premier. La “visite de l'Algérie” de Macron intervient à un moment où les deux pays semblent avoir un besoin urgent de rapprochement, à la lumière d'une crise aiguë des relations internationales à la suite de la guerre en Ukraine, la pandémie de Corona, et des signes de crise entre la Chine et les Etats-Unis. Ces crises ont de lourdes répercussions, notamment sur la sécurité énergétique de l'Europe et sur les plans économiques, sociaux et sécuritaires au Maghreb, au Sahel et dans les régions subsahariennes.


La guerre en Ukraine a entraîné une violente crise énergétique en Europe. Si pour cela l’UE cherche un futur fournisseur qui puisse réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie, dans le même contexte, on trouve que l'Algérie possède les plus importantes réserves de gaz naturel du continent africain. Sans oublier ses ambitions de construire le plus gros gazoduc du Nigeria à la Méditerranée mais pour faire ce dernier, l’Algérie a besoin du soutien européen pour le projet. Donc la principale raison de la convergence de l'Algérie et de la France c'est le Gaz. Lors les fluctuations des relations de l'Algérie avec la France puis avec l'Espagne ont contribué à l'élargissement du partenariat de l'Europe avec l'Allemagne et l'Italie en plus de la Turquie, qui est rentrée ces dernières années comme un concurrent de la France pour l’influence dans la région du Maghreb, la Chine est devenue le premier pays algérien partenaire commercial au détriment de la France. L'Italie a exploité les tensions entre la France et l'Algérie et il a profité de ce moment pour signer un gros contrat et par lequel l'Italie se considère le partenaire européen privilégié de l’Algérie. La deuxième raison du rapprochement entrel'Algérie et la Franceestle recul de laFrance à ladeuxième placedes partenaires commerciaux de l'Algérie , cette dernière cherche de retrouver et de récupérer sa place sur le marché algérien .En 2020 les exportations de la Francese sont élevésà 3,6 milliards de dollars , derrière la Chine , dont les exportations se sont élevées à 5,7 milliards de dollars ,et devant l' Italie, dont les exportations se sont élevées à 2,4 milliards de dollars , puis l' Allemagne avec 2,2 milliards de dollars, finalement l' Espagne avec 2,1 milliards de dollars car l' Espagne vitd' unecrise récenteavec l'Algérie. Cette récente crise entre Madrid et l’Algérie a montré que cette dernière est de plus en plus dépendante de l’énergie comme arme diplomatique. En juillet dernier, des entreprises italiennes, françaises, américaines et algériennes ont signé un accord de 25 - accord conjoint d’un an pour l’exploitation des gisements de pétrole.


En conclusion, la guerre en Ukraine a eu beaucoup de conséquences négatives qui sont les suivantes : après que le président de la Russie Vladimir Poutine a fermé le robinet de gaz traversant l’Union Européenne, l'Union Européenne souffre du manque de ressources énergétiques dont elle a été obligée de faire des accords avec les pays qui contiennent les réserves du gaz naturel et en plus d'augmenter les factures du gaz, les denrées alimentaires, l'essence etc. D’un autre côté, l'Algérie a profité un petit peu de cette situation pour renouveler ses relations avec l'Union Européennes et elle a également utilisé ses ressources énergétiques pour rétablir ses relations avec les pays menacés par des pénuries de gaz. Elle a même profité du cadre politique par exemple le sujet du Sahara occidental”.



SOURCES:

*Image de couverture - GettyImages

6 visualizzazioni0 commenti

Post recenti

Mostra tutti

Comments


bottom of page